Plafond LEP : Livret Epargne Populaire

Le Livret Epargne Populaire (LEP) est un placement réservé aux foyers les plus modestes. Son taux est révisé deux fois par an par l’Etat. Depuis le 1er août 2015, le taux de rémunération du LEP était de 1,25% par an. Le LEP est accordé aux foyers disposant d’un revenu maximum de 19 236 euros pour la première part de quotient familial, le plafond LEP est de 7 700 euros, et est exonéré d’impôts. A l’heure actuelle, ce placement financier n’est plus considéré comme un des meilleur placement 2015.

Taux du LEP de 1982 à 2014

Le taux du LEP n’a pas cessé de baisser depuis sa création en 1982 contrairement à d’autres super livret, pendant lequel son taux était de 8,9%. Le taux s’était stabilisé à 5,5% entre juin 1986 et février 1996, pour reprendre sa chute jusqu’à un nouvel essor en 2006 (3,25%), puis en 2009 (4,5%). Il est maintenu à 1,5% depuis le 1er août 2014.

Calculer le taux du LEP

Le taux de rémunération du Livret d’épargne Populaire équivaut à celui du Livret A, majoré d’un demi-point. Son calcul est ainsi basé également sur le taux d’inflation et les taux courts. Le Gouverneur de la Banque de France émet un avis en prenant en compte les prévisions d’inflation, mais c’est l’Etat qui choisit de revoir ou non le taux.

Intérêts – Fiscalité et Plafond LEP

Les intérêts du LEP sont calculés le 1er et le 16 de chaque mois, sur la base de l’argent retiré ou déposé pendant les quinze jours précédents. Les intérêts s’ajoutent au capital en fin d’année. Ceux-ci sont totalement exonérés d’impôt et de prélèvements sociaux. Un plafond LEP de 7 700 euros est appliqué, hormis les intérêts capitalisés. Néanmoins, vous pouvez déposer 7 700 euros dès l’ouverture du compte LEP, et bénéficier de sa rémunération avantageuse.

Comment ouvrir un LEP ?

La principale condition d’accès au LEP concerne le plafond de revenu. Un avis d’imposition est donc exigé à l’ouverture du compte. Ce plafond équivaut à 1,8 fois le seuil d’exonération de la taxe d’habitation, arrondi à l’euro supérieur. Ainsi, le revenu fiscal de référence à ne pas dépasser est de 19 236 euros, pour la première part de quotient familial, ajouté de 5 136 euros par demi-part supplémentaire. Le propriétaire d’un LEP doit faire un versement initial minimal de 30 euros, et le seuil pour le versement ou le retrait est fixé à 10 euros. Personne ne peut détenir plus d’un LEP, et deux LEP seulement par foyer est admis.

Pour la sixième année consécutive, les retraits de LEP ont dépassé les dépôts en 2014, la dernière collecte positive ayant été enregistrée en 2008.

Découvrez nos articles complémentaires :

Capital Expansion : PEL et compte à terme

Le Capital Expansion est un produit bancaire proposé par le Crédit Mutuel, dans la catégorie des investissements sur le long terme. Il s’agit d’un produit combinant un PEL (Plan Epargne Logement) et un compte à terme, qui offre le meilleur rendement sur 8 ans. Ce qui en fait un des meilleurs placement financier du moment.

Les avantages du Capital Expansion

Cet investissement hybride offre l’avantage d’un meilleur rendement, que vous pouvez connaître à l’avance, puisque vous choisissez l’échéance au moment de la souscription. Ainsi, avec une rémunération garantie, vous pouvez faire vos projets d’avenir, sans risque à prendre. Evidemment, comme pour tout compte épargne, vous pouvez retirer votre argent à tout moment, si vous en avez besoin. Le Capital Expansion est un des meilleur placement 2015 car il bénéficie de l’avantage du PEL : le futur propriétaire immobilier peut accéder à un crédit à taux préférentiel sur une certaine somme, selon la somme disponible sur le PEL.

Souscrire à un Capital Expansion Crédit Mutuel

Certaines conditions doivent être remplies pour obtenir un capital expansion credit mutuel. Tout d’abord, vous devez avoir au moins 18 ans, et vous n’avez pas encore de PEL dans une banque quelconque. Puis, vous devez disposer d’un capital d’au moins 3 000 euros, mais vous pouvez placer jusqu’à 55 000 euros.

Le rendement

Le principe d’un compte à terme est qu’il vous rapporte de plus en plus avec le temps. Toutefois, vous devez vous décider seulement au moment de la souscription, puisque les modalités ne pourront plus être modifiées après, sauf, bien sûr, si vous avez besoin de votre argent avant l’échéance. Pour un compte à terme de 2 ans, vous bénéficiez du taux de rémunération du PEL (2,50%), 3% brut pour 4 ans, 3,10% sur 6 ans, et 3,30% pour un compte à terme de 8 ans.

Et après 8 ans ?

La fin du contrat intervient à la date indiquée lors de la souscription du contrat à terme. Néanmoins, vous pouvez conserver votre PEL même après 8 ans, pour un futur achat immobilier.

Retrouvez nos articles complémentaires :

Livret Boosté : les informations essentielles

Il faut se renseigner régulièrement pour connaître les promotions sur les livrets d’épargnes. Un placement bancaire sera plus rentable avec un rendement boosté étendu sur des mois au lieu de ceux qui sont traditionnels aux faibles bénéfices. Tel que le livret A, le LDD ou le CEL. Les divers taux d’un livret boosté en 2015 s’expliquent comme suit.

Les livrets d’épargnes à taux boostés

Bien placer, ses rendements feront augmenter vos épargnes pendant une durée bien définie. Ayant goûté aux bénéfices, le petit épargnant a déjà anticipé : 3 mois pour 4 voire 5%, différent des 1% d’une inflation agonisante. La quasi-totalité des géants des banques en ligne ont suivi le chemin du super livret, pourquoi pas vous ?  D’ailleurs, un livret boosté est un placements sans risques. Il est aisé de retirer de l’argent contrairement à un compte à terme. Notez bien que les offres suivantes de livret taux boosté ne sont disponibles que pour les nouveaux clients. Sans frais de dossier à l’ouverture. Voici la liste des meilleurs placements 2015 :

Cetelem : Compte épargne avec une promotion pour 12 mois à 2,60% se fixant à 1,30 par la suite. Le plafond est à 53000 + 2000 x 11.

Fortuneo : Au-delà d’un trimestre avec une promotion à 3% pour 6 mois (au bord de 100 000 euros) le rendement redevient normal est à 1,25% à la suite de  ces 6 mois.

TooKam : Pour un trimestre, le taux est à 4,50%. Pour l’achat des parts sociales de la banque Crédit Agricole des Pyrénées Gascogne, il sera à 5,25%. Le plafond est à vingt mille euros. Baissant à 2 % défiant la concurrence

GE Money Bank : Le premier trimestre, l’argent du placeur est rétribué à 3,50% pour les 50 milles premiers euros. Ensuite il est à 1,40%

Le CIC et son livret Bienvenue : Pour un semestre, il est à 4% avec un plafond de 30 000. Taux réduit à 0,90%

BforBank : A consulter pour son épargne : 100 000 euros à 4% pour un trimestre, ensuite 1,10%

Carrefour banque : Différents des deux suscités, possibilité de bonus suivant le plan de versement. Le taux est entre 1,70% et 2%

Astréa de Groupama : Parmi les premiers choix. 3% de 20000 euros les trois premiers mois, ensuite 1,30%

Distingo : A la banque PSA. Actuellement, les offres boostées n’existent pas. Le taux est à 1,80%.

Epargne chez Axa Banque : Le trimestre est à 4% ensuite taux normal de 0,80.

Il est conseillé d’inter-changer les livrets boostés afin de bénéficier de toutes les promotions et d’obtenir un meilleur rendement pour une année. Côté administratif, pour bénéficier des intérêts supplémentaires, certaines banques exigent d’ouvrir son livret boosté durant un an.

Découvrez nos articles complémentaires :

Le guide de l’investissement locatif

Selon les analystes du secteur, il faut au moins construire 600.000 nouvelles habitations pour parvenir à juguler la pénurie de logements en France. Cet objectif ne pourra être atteint sans recourir à l’investissement locatif. Il a été, en effet, constaté au cours de l’année 2010 que la grande majorité des 117.000 habitats neufs présentés sur le marché ont été édifiés par des investisseurs dans le cadre des dispositions fiscales conçues pour les encourager à construire.

Les dispositif mis en place pour favoriser l’investissement locatif

La pertinence des mesures incitatives pour pallier à la pénurie de logements neufs n’est donc plus à démontrer. Depuis le lancement du dispositif Scellier en janvier 2009, les ventes locatives ont considérablement progressé pour atteindre un niveau jamais observé auparavant. Les ménages qui ne peuvent pas accéder à la propriété en raison de l’importance de l’ investissement immobilier requis pour l’achat d’un bien se réjouissent de cette expansion du parc locatif.

Les investissements locatifs sont primordiaux pour lutter contre la pénurie de logements. Ayant été persuadés de l’importance de ce secteur de l’immobilier, les pouvoirs publics ont déjà mis en place différents systèmes visant à inciter la construction d’immeubles destinés à la location. En 1995, le dispositif d’amortissement fiscal connu sous le nom de régime Périssol avait permis aux investisseurs de bénéficier d’un abaissement de l’assiette fiscale. La méthode consistait à soustraire des revenus locatifs une partie de la somme investie pour acquérir le bien immeuble.

Conscients de la pertinence des mesures incitatives pour pallier à la pénurie de logements neufs, les différents gouvernements qui se sont succédé ont toujours pensé à instaurer des mesures pour soutenir les projets de construction et ainsi récompenser les personnes qui veulent investir dans l’immobilier. Le système Périssol est ainsi remplacé par le régime Besson en 1999 qui est succédé par les amortissements Robien en 2003 et Borloo neuf en 2006. Ces dispositifs n’ont toutefois pas eu un écho très favorable auprès des investisseurs locatifs. Il a fallu attendre 2009, date de l’instauration de la Loi Scellier pour que le secteur décolle dans le sens escompté par les pouvoirs publics. La loi scellier par la suite a fait la place au dispositif Duflot et actuellement à la loi Pinel.

Le gouvernement, ayant mis en place une série de mesure de défiscalisation particulièrement attractive, il est actuellement possible de financer son bien, en partie, grâce aux réductions d’impôts accordées et aux loyers perçus. L’investissement locatif est donc, devenu, l’un des emplacements les plus rentables. Il existe aujourd’hui, un arsenal d’avantages fiscaux destinés aux investisseurs immobiliers à savoir la loi Pinel, la loi Censi-Bouvard et le dispositif Malraux. Tirer profit de ces dispositifs est un excellent moyen pour optimiser un investissement locatif. Mais avant de se lancer dans un investissement, un décryptage des dispositifs de defiscalisation 2015 sur les investissements en immobilier neuf ou en rénovation s’impose.

Les dispositifs pour un investissement dans l’immobilier neuf et dans des travaux de rénovation

Les investisseurs qui souhaitent se lancer dans l’immobilier neuf dans le but de faire un achat locatif peuvent bénéficier d’une réduction d’impôt qui est accordée au titre des dispositifs Pinel qui remplace la loi Duflot du 2014, des dispositifs Censi-Bouvard et du LMP ou LMNP. Cependant, les propriétaires dans un immeuble ancien souhaitant effectuer des travaux peuvent bénéficier des avantages fiscaux très attractifs prévues par les lois Malraux et Monuments Historiques. Bénéficier de ces dispositifs de déduction d’impôt est un excellent moyen pour rentabiliser les investissements en matière d’immobilier.

Comment bénéficier des dispositifs en investissement locatif ?

Chacun des dispositifs de défiscalisation auxquels chaque investisseur peut prétendre dans le cadre de son investissement locatif obéit à des règles strictes. Avant de bénéficier des avantages de ces dispositifs de déduction d’impôt, il faudrait bien définir la nature de votre projet c’est-à-dire, bien le classifier, s’il s’agit d’un achat d’immobilier neuf à but locatif, de travaux de rénovation ou de réhabilitation. Les montants de votre projet dépend en effet, de sa nature et pour savoir quel dispositif répond le mieux à votre besoin, il ne vous reste qu’une chose à faire : les comparer pour trouver le meilleur investissement locatif.

Découvrez également nos articles complémentaires :

Avez-vous pensé à acheter un voilier ?

Vous avez le pied marin et avez envie de passer vos vacances loin des stations balnéaires ? Achetez un voilier ! Meilleur marché qu’une maison sur la côte, il vous permettra d’explorer les plus belles plages d’Europe, en famille ou entre amis. Cela pour un prix d’environ 55 000 euros pour un bateau de 9 mètres, pouvant transporter six personnes. Pourquoi acheter un voilier, nous direz-vous ? Pour l’amour de la mer, pour la sensation de liberté et d’espace qu’il procure, pour voyager d’une manière différente, notamment lors de la période estivale. Prêt pour cette grande aventure ? Alors, suivez le guide…

Comment choisir votre voilier ?

Le premier réflexe à avoir avant de faire cet investissement est de définir votre zone de navigation, avec son climat et son type de mer. Pour une Méditerranée clapoteuse, le bateau devra être puissant et fin. Pour une région humide, rien ne sert d’avoir un pont large, vous n’y serez presque jamais.

Ensuite, posez-vous la question de savoir quel type de voyage vous effectuerez. Si vous êtes en couple et que vous comptez aller de crique en crique, un voilier fin, rapide et peu technique se révélera le plus pratique. Pour partir à la découverte de nouveaux horizons comme la Tunisie, l’Islande ou la Grèce, le confort à bord sera d’autant plus déterminant que le périple sera long. Si vous partez entre copains, privilégiez la taille du pont au confort. Catamaran ou monocoque ? Là, c’est une affaire de goût.

Quel est le bon prix lorsque vous décidez d’acheter un voilier ?

Sans surprise, le prix de votre futur voilier dépendra de sa taille, de sa gamme et de son équipement. Calculez au minimum 22 000 euros pour un 6,40 mètres neuf, qui peut accueillir deux adultes et deux enfants. Mais, pour que ces derniers aient chacun leur cabine et que madame puisse bronzer confortablement sur le pont, vous devrez quintupler votre mise !

Comptez donc 100 000 euros pour un bateau spacieux, ce qui reste un prix bien inférieur à celui d’un appartement sur la Riviera. L’évolution à la hausse des tarifs n’a pas de limites, d’autant que la liste des options est digne de celle des voitures allemandes : pont en teck, écran LCD, ordinateur de bord, stores électriques… Votre voilier sera donc le reflet de vos envies.

Acheter un voilier neuf ou occasion ?

Pour les budgets serrés, le voilier occasion peut être une alternative au neuf. Mais il convient de faire expertiser le bateau avant l’achat, afin d’éviter des frais supplémentaires. Une expertise coûte environ 10 euros par mètre carré. Mais ce surcoût est plus que compensé par la différence de prix avec le neuf.

Comme pour une voiture, un bateau perd la plus grande partie de sa valeur la première année. Par la suite, certains subissent une décote plus importante que d’autres, en fonction du modèle et de l’état. Cependant, l’achat d’un voilier neuf permet de bénéficier de la garantie constructeur, de pouvoir choisir ses options et couleurs et de ne pas avoir de frais importants les premières années.

Notez que de nombreux sites Internet sont spécialisés dans la vente de voiliers d’occasion. Si vous achetez un bateau d’occasion, pensez à demander le carnet d’entretien du voilier, afin de vérifier que les opérations courantes ont été effectuées.

N’oubliez pas les frais annexes

Une fois les clés en main, il vous faudra trouver un port d’attache pour votre bateau a voile, généralement à l’année. Les prix varient fortement selon les régions et la taille du bateau. Vous devrez également assurer votre nouvelle résidence de vacances pour une prime annuelle de 1 à 2% de la valeur du voilier, en garantie tous risques.

Lorsque vous décidez d’acheter un voilier, celui-ci aura besoin d’entretien : vernissage, entretien du moteur, peinture anti fouling contre les algues, nettoyage de la coque et donc grutage, mise à niveau du matériel de sécurité. Cela représente un budget moyen annuel de près de 5 000 euros pour un voilier de 11 mètres, auquel il faut ajouter la réparation des voiles (50 euros le m2).

Pour les voyages à plus de 6 miles des côtes, un émetteur-récepteur radio haute fréquence est obligatoire et nécessite un certificat restreint de radiotéléphonie (environ 300 euros). Notez que si vous voulez être déchargé de l’entretien, les vendeurs tels que Bénéteau ou Sunsail proposent souvent des services de maintenance. Pour quelques centaines d’euros par mois, votre bateau gardera son éclat d’origine. Ce sera un atout lors de la revente car, grâce à ce service, votre constructeur pourra même vous aider à trouver un acquéreur.

Sachez enfin qu’il vous sera inutile de payer un permis de navigation si vous voulez acheter un voilier. Pour la plupart des voiliers, il n’est pas obligatoire, puisque la loi ne l’impose que pour les bateaux dont la puissance du moteur dépasse 6 CV. Une vraie liberté !

Faire un bon investissement : l’achat parking

Accédez à l’heureux statut de propriétaire en faisant l’achat parking dans les quartiers d’affaires de Paris ou dans les grandes villes de province. Vous pourrez alors tirer de copieux revenus locatifs de ces biens et, en cas de revente, le risque de moins-value est minime.

En effet, la crise ne touche pas tous les compartiments du secteur immobilier avec la même virulence : louer ou vendre une maison en grande banlieue relève de l’exploit, mais ces mêmes opérations sur un parking bien situé dans le centre-ville sont d’une facilité presque déconcertante. Les raisons : la demande de place de parking ne fléchit pas, voire augmente, et les tarifs sont loin de rechuter au 5e sous-sol.

Achat parking : des prix relativement stables

Le prix du mètre carré de l’achat parking a progressé pratiquement deux fois moins vite en moyenne, depuis 1998, que celui du foncier à usage d’habitation ! Plusieurs raisons à cela : le coût de la construction d’un emplacement en sous-sol reste relativement stable, alors que celui des appartements et des bureaux est soumis à une inflation des normes de confort, de sécurité et d’efficacité énergétique.

Par ailleurs, se garer devient de plus en plus difficile. D’abord, les municipalités reçoivent de moins en moins d’argent dans le cadre de la décentralisation et tendent à faire disparaître totalement le stationnement gratuit en centreville.

Ensuite, la grande mode, depuis 1990, consiste à créer des quartiers piétonniers autour des zones commerciales et des monuments les plus visités. Les résidents y gagnent certes en tranquillité et en sécurité, mais s’y garer devient un véritable cauchemar d’ou l’intérêt d’acheter un parking.

Des rendements variables selon les villes et les quartiers

Pour autant, tout comme pour l’immobilier d’habitation, les prix et les rendements peuvent varier du simple au triple selon les villes et les quartiers. En province, dans les agglomérations qui ont le statut de capitales régionales, les prix s’échelonnent entre 7 000 et 21 000 euros l’emplacement, alors que la barre des 50 000 euros est allègrement franchie dans les quartiers les plus huppés du centre historique de Paris.

Par ailleurs, la rareté des parkings explique que les tarifs sont élevés. C’est le cas des villes qui possèdent le patrimoine architectural le plus riche éprouvent les plus grandes difficultés à concilier afflux de touristes et absence de véhicules en surface. Or il est pratiquement impossible de creuser un parking dans un quartier médiéval aux ruelles étroites et dont le sous-sol ressemble déjà à un gruyère.

Autre élément qui influe sur l’achat parking paris, l’absence de transports en commun dans certaines zones. Ainsi, à Paris, rien n’enraie la volonté affichée de décourager les salariés de venir travailler en voiture dans la capitale… sauf que beaucoup de banlieues sont mal desservies, offrant alors un avenir radieux pour les loueurs de parkings.

En fonction de ces critères, la location sur un achat parking dans des quartiers privés de stationnement peut générer un taux de rendement allant jusqu’à 10%. L’investisseur peut tabler sur 7 à 8% dans Paris et sur 8 à 10% dans les communes qui bordent le périphérique. Dans les grandes villes régionales, le rendement moyen pour l’achat parking atteint également 8, voire 10% si tout est fait pour bannir les véhicules de la surface.

Par ailleurs, la rentabilité d’un parking évolue de façon inversement proportionnelle au coût d’acquisition. Mais, rassurezvous, ce qui est perdu en durée d’amortissement (souvent moins de dix ans) est en partie compensé par la quasi-certitude de ne jamais se retrouver en panne de locataire. Il y aurait même des listes d’attente dans certains quartiers…

Acheter un parking : Peu d’impayés et des charges très faibles

Autre atout de l’achat de parking : les risques d’impayés sont très limités, les prix parking paris dépassant rarement 200 euros par mois. En outre, en cas de défaut de paiement, vous pourrez récupérer votre bien immédiatement et sans formalités, à condition qu’il ne s’agisse pas d’un box fermé (privatif).

En effet, l’emplacement non clos sur l’achat parking– à privilégier – n’est pas soumis à la loi du 6 juillet 1989, qui n’autorise les expulsions que sous certaines conditions et à certaines dates de l’année. Autre point positif, le montant des charges liées à la copropriété et au gardiennage est symbolique, soit seulement 10 à 15 euros mensuels pour les frais de fonctionnement des ascenseurs et d’éclairage.

De plus, investir dans un parking n’est pas synonyme de casse-tête fiscal : la déclaration des loyers se pratique comme des revenus fonciers s’ils sont inférieurs à 15 000 euros par an, c’est-à-dire jusqu’à 1 250 euros de loyers par mois, soit un joli complément de retraite. Un statut à privilégier.

Attention aux impôts fonciers sur l’achat de parking

Enfin, vous devez impérativement vous renseigner sur le taux de l’impôt foncier correspondant au bien dans la commune concernée, car c’est de là que peuvent venir les mauvaises surprises. Certains investisseurs imprudents se voient réclamer jusqu’à 20% du montant des loyers perçus par l’achat parking ! C’est le cas à Bourges. Face à cela, beaucoup envisagent alors la revente, heureusement sans grand risque de moins-value.

Rentabiliser sa maison

Vous venez d’investir dans l’acquisition de votre résidence principale ou la construction d’une résidence secondaire. Comme le coût d’un bien immobilier est toujours très important, vous cherchez maintenant le meilleur moyen pour rentabiliser sa maison. Vous avez le choix entre plusieurs options pour rentabiliser votre maison.

Rentabiliser sa maison : Louer sa résidence secondaire

La location représente la solution la plus classique pour rentabilise sa maison. Vous pouvez soumettre votre maison location saisonnière rentabilité, un système qui devient de plus en plus en vogue à l’heure actuelle. Louer sa résidence secondaire est l’option idéale si votre habitat est localisé dans un site très fréquenté par les touristes. Louer une chambre à un étudiant vous permettra d’arrondir vos fins de mois et de tisser des liens humains. Si vous disposez d’une maison de caractère, ou d’un local typique, n’hésitez pas à proposer votre propriété pour le tournage d’un film. En prêtant votre demeure, pour quelques jours, à un réalisateur de cinéma, vous pourrez gagner une somme non négligeable, ce type de location pouvant vous rapporter jusqu’à 3.000 euros par jour.

Rentabiliser sa maison : Maison d’hôtes, panneaux publicitaires

Rentabiliser sa maison : plusieurs options au choix, dont la transformation de l’habitat en chambre d’hôtes en opérant à certains aménagements. Cette solution est envisageable si vous êtes disponible en permanence pour assurer la bonne gestion de la structure. L’investissement nécessaire s’élève environ à 12.200 euros par chambre, mais cette activité est assez rémunératrice, la location d’une chambre d’hôte avec table est de 2.200 euros. Vous pouvez aussi rentabiliser votre maison en optant pour la location d’un emplacement dans le cas où votre habitat est situé à proximité d’une zone passante. Il faut cependant veiller à ce que l’installation d’un panneau publicitaire sur votre toit ou dans votre jardin ne nuise pas à l’harmonie de votre environnement.

Rentabiliser sa maison : Revente d’électricité, potager

La revente de l’électricité produite par une installation de panneaux solaires photovoltaïques constitue une autre option pour rentabiliser sa maison. Non seulement vous n’aurez plus à vous soucier des factures d’électricité, mais vous pourrez également revendre votre surplus de production à EDF qui vous le rachètera à un tarif très avantageux. Et enfin, si vous disposez d’un bout de terrain, ou d’un balcon, pensez à cultiver un potager. Cette option est compatible avec n’importe quelle autre solution et elle vous donnera l’opportunité de réaliser une économie sur l’alimentation et de profiter des légumes et des fruits bio de votre jardin.

Investir dans l’immobilier de luxe

L’immobilier de luxe, une valeur refuge ? Selon les spécialistes du secteur, l’immobilier haut de gamme représente un système de placement patrimonial très plébiscité par une clientèle privilégiée, nationale ou internationale, qui le considère comme une valeur refuge.

L’immobilier de luxe attire surtout une clientèle venue d’ailleurs

Le marché de l’immobilier de luxe profite pleinement du rebondissement du secteur immobilier. Il a été en effet constaté qu’au cours de l’année 2010, les transactions portant sur des biens qui valent plus d’un million d’euros se sont accrues, de l’ordre de 30 %, dans la ville de Paris. Ce contexte est dû à l’attrait exercé par ce segment du marché auprès des investisseurs étrangers, notamment les Américains et les Italiens qui accaparent plus de la moitié des ventes de biens immobiliers de luxe.

La clientèle nantie venue d’ailleurs reprend goût à l’investissement dans l’immobilier de prestige français qui représente, à leurs yeux, une valeur refuge. La Capitale prospère dans ce domaine. Les cours des biens immeubles de luxe ont connu une hausse de plus de 10 % sur une année. Toutefois, les grandes villes provinciales ne sont pas en reste. Cette branche du marché de l’immobilier de luxe est en pleine relance et commence à retrouver le niveau qu’il avait avant l’avènement de la crise.

Deux sortes de biens immobilier de prestige

L’immobilier haut de gamme constituerait-il réellement une valeur refuge ? Selon les études réalisées par un réseau d’agences immobilières, ces appartements ou maison de luxe représentent de nos jours un moyen de placement très prisé par les investisseurs. Ce segment du marché de l’immobilier de luxe inclut deux sortes de biens de propriétés de france, à savoir ceux qui sont qualifiés « d’exception » et ceux qui sont « de qualité ». Les biens d’exception sont des immeubles uniques en leur genre, bénéficiant d’un emplacement prestigieux. Ils sont surtout convoités par une clientèle nantie internationale à la tête d’une fortune évaluée à plus de 25 millions d’euros.

Les biens de qualité sont généralement des appartements intégrant des immeubles cossus et dotés de tout le confort ultramoderne, situés dans les quartiers les plus recherchés des plus grandes villes de France. Il peut s’agir de logements classiques, mais qui détiennent une situation privilégiée, en hauteur, permettant à leur propriétaire de jouir d’un panorama unique sur l’agglomération et l’environnement alentour. Si les prix des biens d’exception peuvent atteindre 50.000 € le m², les biens de qualité dans l’immobilier de luxe peuvent s’acquérir entre 10.000 et 15.000 € le m², en fonction de leur emplacement.

Comment fonctionne une assurance vie

L’assurance vie est un placement financier qui à les faveurs des épargnants français. En effet ce produit financier possède des avantages qui ne peuvent laisser indifférents les contribuables. Ainsi un contrat assurance vie permettra de bien préparer sa retraite, financer des études, construite son patrimoine…

Le fonctionnement de l’assurance vie

Pour profiter des nombreux privilèges d’une assurance vie, nul besoin d’investir des sommes importantes. Plusieurs établissements financiers permettent une prise de date avec un minimum de 35 euros, et certaines banques offrent même à leurs jeunes clients différents avantages : pas de frais d’entrée, versement régulier possible à partir de 15 euros. Des clients chouchoutés ! Pour une réponse très simple, un contrat d assurance vie constitue une véritable niche pour les financiers : un contrat fidélisant. En effet, c’est une épargne à long terme car le client est tenu de conserver son contrat jusqu’à la huitième année pour bénéficier d’une sortie défiscalisée. Mais il est possible d’effectuer des rachats totaux ou partiels avant l’échéance fiscale.

2 possibilités de sorties de l’assurance vie :

– Un retrait avant 4 ans, l’assuré sera fiscalisé sur les intérêts du capital. Il peut opter soit pour l’impôt sur le revenu, soit pour le prélèvement forfaitaire libératoire – PLF (35%). Si le rachat intervient entre 4 et 8 ans, le choix reste le même que celui de la première fenêtre de sortie sauf que le PLF sera de l’ordre de 15%.

– Après 8 ans, au-delà de 4.600 euros d’intérêts pour une personne seule ou 9.200 euros pour un couple, le titulaire est soumis à l’impôt sur le revenu ou le PLF (7,5%). Dans tous les cas de figures, l’assuré devra s’acquitter des prélèvements sociaux (12,1%).

Les avantages d’une assurance vie

Naguère, le souscripteur n’avait pas le choix. Seul le contrat des assurances vie dit « fonds euros » était proposé : une formule sans risque et avec un rendement qui s’approche des rendements obligataires. Aujourd’hui, le client peut dans un même contrat (multi supports) investir sur plusieurs marchés : obligataire, action et monétaire. Selon sa situation patrimoniale et l’objectif recherché, il orientera sa stratégie d’investissements. Par exemple, un client senior qui souhaite valoriser un capital pour le transmettre à son décès optera pour le fonds euros (sécurité). Celui qui désire constituer une épargne pour son enfant en bas âge privilégiera une formule action. Fort heureusement, la formule d’investissement au départ du contrat n’est pas figée puisqu’on peut allégrement passer d’un fond à un autre, faire ce qu’on appelle dans le jargon financier un « arbitrage ». Et certaines banques et assurances proposent des sortes de packagings : dynamique, équilibré, et sécurité…des investissements clés en main. Pensez à faire un comparatif assurance vie pour trouver celle qui vous correspond le mieux .

Qu’en est-il aujourd’hui des rendements ? Le fonds euros, en moyenne, a versé 4% pour l’année 2009. Quant aux fonds actions, ils se sont très bien comportés : entre 20% et 140% selon les différents établissements.

Quoi qu’il en soit, que vous optiez pour de la sécurité ou du dynamisme…l’important c’est de posséder la meilleure assurance vie. Un placement multi supports…et multifonctions.

Investir a Bali

Vous rêvez de diversifier votre patrimoine en faisant le choix d’investir a Bali ? Rien de tel pour un contribuable que de préparer sa future retraite en investissant dans un logement au soleil à Bali. Bien sûr, le meilleur moyen pour investir a Bali sera de se rendre directement sur place pour voir les différents projets immobiliers en construction et à venir.

Comment investir a Bali ?

investir a baliLa première chose à savoir quand on souhaite investir a Bali est que la loi indonésienne en terme de propriété est bien différente des lois Françaises. En effet, pour acheter a Bali et devenir propriétaire, il faut être un citoyen Indonésien. Heureusement pour investir a Bali, il suffira de suivre quelques procédures locales en passant par un notaire spécialisé. Investir a Bali indonesie vous permettra d’obtenir de très belles maisons ou appartements à des prix défiants toute concurrence en passant par un promoteur local sérieux et en étant suivi par une agence en gestion de patrimoine situé en France qui assurera le suivi de la construction de votre bien immobilier.

Comment devenir propriétaire en Indonésie

Quand on veut investir a Bali en 2015 et que l’on souhaite acheter un logement sur place, la meilleure méthode utilisée par les contribuables français ou étrangers est d’utiliser un prête nom. Comme nous avons vu au début de cet article, pour obtenir un terrain ou une maison a Bali il faut être citoyen indonésien, il faudra donc acquérir une maison balinaise en passant par un notaire en le mettant au nom d’un indonésien d’accord avec ce processus. Celui-ci signera quatre documents administratifs qui donneront les pouvoirs complets sur la propriété au contribuable qui a décider d’investir a Bali.

Les 4 documents signés par l’indonésien pour investir a Bali sont : une autorisation d’utilisation permanente du bien immobilier pour le propriétaire en cas de mort du prête nom, une attestation qui indique que le prête nom n’est que le propriétaire fictif du bien, un contrat de prêt qui indique que le prête nom vous a fait un crédit d’une somme équivalente au montant de votre investissement immobilier et enfin une procuration permettant au particulier qui a décidé d’investir a Bali de vendre, louer ou hypothéquer librement son bien.