Suivre le modèle des riches pour assurer ses avoirs

L’air n’est plus à la paresse, et ce que vous soyez un nouveau riche ou un particulier avec un niveau de vie tout à fait normal. En effet, même si vous ne devez pas craindre les fins de mois difficiles, il reste de rigueur de faire des placements pour assurer la stabilité de vos finances, et ce pour du long terme. En plus, les taux d’imposition sont maintenant plus importants que jamais. Autant en profiter davantage pour en tirer profit.

defiscaliser avec l'immobilier

 

L’investissement dans l’immobilier : une valeur sûre

Pour une fortune de 20 millions d’euros, vous aurez à payer chaque année 250 000 euros au trésor public. Vous devez donc trouver un moyen pour assurer vos avoirs. Et quoi de mieux placer pour ce faire que de pencher pour l’immobilier ?

Il n’est pas simplement question ici d’acheter une maison principale. Les placements dans le secteur de l’immobilier sont très diversifiés. La plupart des personnes optent maintenant pour les investissements à but locatif. Et pour cause, en plus de vous apporter quelques avantages en matière de défiscalisation, ce type de placement vous apporte des rendements bruts tous les mois. De quoi assurer votre stabilité financière que le marché soit ou non volatile.

Vivre ses passions à bon escient

Outre des placements comme la pierre, les obligations et les assurances-vie, certains riches ont aussi opté pour une vie de luxe afin d’assurer leurs avoirs. Voiture haut de gamme, vin hors de prix, bijoux de collection, bateaux et autres : ce sont les nouveaux placements à la mode qui peuvent prendre de la valeur au fil des années. Mais pour en assurer le rendement, encore faut-il se faire bien accompagné. Ainsi, avant une quelconque décision de placement, vaut-mieux demander l’avis d’un expert en la matière qui sera apte à vous orienter pour ne pas vous tromper de choix.

Vous en avez marre que le fisc vous prend une grande partie de votre argent par année ? Vous savez pourtant que ne pouvez pas y échapper ! Mais que diriez-vous d’en réduire le prix ? Il suffit de quelques techniques pour une bonne optimisation fiscale. Les détails.

Qu’est-ce qu’on entend par optimisation fiscale ?

En règle général, optimiser signifie augmenter et rendre meilleur. En tout cas, une optimisation fiscale ne veut pas pour autant dire augmenter ses impôts. Bien au contraire, on attend ici l’effet inverse. Quand on parle d’optimisation fiscale, on attire votre attention sur les techniques à mettre en place afin de réduire les prélèvements annuels sur votre compte. Des astuces simples mais efficaces qui amélioreront votre situation par rapport au paiement de vos impôts.

Comment faire pour une optimisation fiscale ?

Plusieurs astuces peuvent être utilisées pour une bonne optimisation fiscale. Ce peut être par l’augmentation des charges qui vous incombent au quotidien. Sachez que les pensions alimentaires en tout genre peuvent être déduites de votre niche fiscale. Ce peut être envers les parents, envers les enfants ou encore les personnes majeures à charge.

Mais la technique prouvée être efficace, et qui vous est conseillé c’est de faire des placements. En ce sens, trois possibilités s’offrent à vous :

–        Les épargnes retraites à hauteur de 10 % du salaire mensuel.

–        Les assurances vies, qui pourront vous faire profiter de meilleures conditions fiscales

–        Et les investissements immobiliers avec des dispositifs de défiscalisation. Ce peut être la loi Pinel qui s’accorde avec les placements à but locatif et pour certaines catégories de bien par exemple. Certaines techniques pour défiscaliser pourront même se faire à crédit, comme cela vous ne touchez pas à votre épargne et vous pouvez continuer de faire fructifier votre argent, encore faut-il trouver le meilleur taux pour un maximum de rentabilité, des sites comparateur de taux comme credifina.com pourront vous aider dans cette tâche.

Ce sont les plus renommés des techniques d’optimisation d’impôts. Ce qui n’empêchera pas votre gestionnaire de patrimoine de vous en proposer d’autres. Après tout, il existe certaines actions d’entreprise qui peut aussi être défiscalisée.

Comment transmettre un patrimoine à ses enfants

Toutes ces années à travailler et à acquérir des biens de toutes sortes. Il est tout à fait logique de vouloir un jour transmettre les fruits de vos efforts à votre descendance et leur assurer ainsi une stabilité financière. La question qui reste problématique est pourtant, par où commencer la démarche, tout en bénéficiant d’un moindre cout pour ce qui est des prélèvements fiscaux ?

Une donation de votre vivant pour éviter les taxes sur la succession 

Vos enfants se retrouveront perdus dans les démarches administratives pour pouvoir jouir de vos biens à titre de succession. Sans compter que les taxes pour ce genre de bien sont exorbitantes. Ainsi, pour éviter toute cette difficulté, il est conseillé de céder vos biens de votre vivant. De cette manière, ils n’entreront pas dans le cadre des successions, ce qui peut faire baisser de façon significative les impôts qu’ils doivent verser.

Liquidé les biens en part nu-propriétaire pour payer moins de frais

Malgré tout, il n’en demeure pas moins que les taxes resteront assez importantes pour la cession d’un bien entre vos descendants. Il est d’ailleurs plus avantageux de mettre le nom de votre conjointe sur l’acte de propriété que celui de vos enfants pour profiter d’un rabattement fiscal. Le seul petit problème étant que si votre compagne décède avant vous, vos enfants risquent encore de payer la taxe sur la succession.

Pour minimiser les prélèvements, les riches ont trouvé une parade qui peut vous être d’une grande aide : céder les parts en nu-propriétaire. Dis plus simplement, il s’agit de mettre le nom de vos enfants sur l’acte de propriété. Cependant, vous conservez l’usufruit du bien jusqu’à votre mort. À votre décès, vos enfants n’auront plus de taxes à payer dans la mesure où ils sont déjà propriétaires.

Comment esquiver les taxes quand on est riche ?

L’immobilier constitue la plus grande part des patrimoines des particuliers. Et pourtant, les taxes y afférentes ne sont pas des moindres. Mais si les riches peuvent assurer l’administration d’autant de patrimoines immobiliers, croyez-vous réellement que c’est à cause de leur fortune ? Ce serait plutôt à cause de quelques techniques mis en place et peaufinées depuis des années afin d’éluder ou de diminuer les impôts et taxes.

Quelles sont les taxes qui accompagnent un bien immobilier ?

Outre les taxes foncières, il existe encore quelques prélèvements sociaux que vous devez honorer en tant qu’administrateur d’un bien. On parle entre autres des impôts sur le revenu d’un bien générant un loyer ou encore les taxes affiliés à une donation. Voire même à votre mort, vos enfants devront payer une certaine somme en guise de droit successorale avant de profiter de vos biens.

Quelques idées pour vous aider à amoindrir les frais

Heureusement qu’il existe quelques tactiques, que les riches utilisent souvent, afin de duper le fisc et profiter d’une réduction, voire d’une exonération d’impôt.

On peut citer entre autres, la division des biens en nue-propriétaires. Dans la pratique, la donation des biens en nu-propriétaire revient moins chère que de faire une donation simple. Il s’agit de diviser les parts de votre immeuble en nombre de vos enfants tout en gardant l’usufruit de ce dernier. À votre mort, vos successeurs n’auront pas à payer les taxes dues à la succession dans la mesure où les biens seront déjà à leur nom et ne devront plus payer un impôt sur la donation.

En outre, il est fortement déconseillé de vendre vos biens avant la cession. Cette démarche vous ouvre la porte à des impôts exorbitants. Les taxes sur la cession de quote-part sont nettement plus attractives. Par conséquent, il faut céder les parts d’immeubles avant de les vendre.

Immeuble de rapport à gros travaux, quelle défiscalisation ?

Il est possible, voire très attractif de placer de nos jours des fonds dans les investissements locatifs, et notamment, dans les immeubles de rapport. Même pour les biens qui engagent de gros travaux, la démarche semble encore être plus intéressante dans la mesure où les immeubles de rapport sont renommés sur le marché pour les avantages qu’ils mettent en avant à ses locataires.

Un placement au risque mutualisé avec les immeubles de rapport

Quitte à placer des fonds dans un bien immobilier à but locatifs, il est recommandé de bien choisir son patrimoine. Le mieux est d’opter pour les biens qui sont faciles à louer. Et de par les nombreux avantages qu’ils mettent en avant, les immeubles de rapport semblent être une option de premier choix. En effet, les locataires sont plus attirés par les biens qui ne proposent pas de copropriété.

En outre, investir dans les immeubles de rapport vous fait bénéficier de moindre frais notarial. Et dans la mesure où quelques travaux sont souvent à prévoir, le prix au mètre carré de ces derniers est moins cher.

Tirer avantage du dispositif Pinel

Dans ce cadre le dispositif de defiscalisation immobiliere Pinel vous permettra d’augmenter vos bénéfices. En effet, il ne faut donc pas vous arrêter aux grands travaux à faire pour ne pas signer une promesse de vente. Vous pouvez profiter du système Pinel afin de profiter d’un rabattement fiscal sur les projets à faire afin de rendre votre bien habitable. Grâce à cette loi, vous pouvez défiscaliser 25 % du prix total de votre achat, incluant les travaux à venir. Pour un bail qui va durer 9 ans, sur un placement de 60 000 à 150 000 euros, vous aurez donc un bénéfice de 15 000 euros minimum.

Réduire ses impôts de plusieurs milliers d’euros

Actuellement, investir dans les logements à but locatif est plus attractif que jamais. En effet, avec la revue des règlementations de la loi Duflot par la mise en application de la loi Pinel, le bâtiment reste votre meilleur choix afin d’assurer l’avenir de votre foyer. Découvrez comment faire de la défiscalisation immobilière et réduire sa facture fiscale de plusieurs milliers euros.

Les changements apportés par la loi Pinel

La loi Pinel est la nouvelle star des investissements locatifs. Il semble bien qu’elle va être à la base de la reprise de ce secteur avec les nombreux changements qu’elle a souhaité mettre en place.

Pour ceux et celles qui n’en connaîtrait pas les bases, il s’agit d’une loi qui vante les méritent de l’achat d’un immeuble, en état de futur achèvement, neuf ou ancien avec de gros travaux de réhabilitation T2012 en vu, afin de les relouer. Vous avez libre choix pour ce qui est des locataires et de la durée du contrat de bail. Vous pouvez même laisser l’appartement au profit de vos enfants ou de vos parents. La seule condition est qu’ils aient les apports requis afin de payer le loyer.

Une économie de près de 6000 euros par an

Pour inciter les Français à invertir dans l’immobilier et dans ce type de projet, la loi Pinel propose une diminution des taxes qui peut atteindre les 6000 euros par an. Bien sûr tout dépend de la durée du bail et de l’importance du capital de départ.

Pour un fond de 300 000 euros par exemple, avec un plafond par mètre carré de 5 500 euros, la baisse des prélèvements fiscaux sera de 12 % pour un bail de 6 ans, 18 % pour 9 ans et 21 % pour douze ans, ce qui en somme vous donne un bénéfice de 5 250 euros par an.